Le Bilan Proteomis (CEIA) : une approche globale de santé - Naturo-Passion.com

Le Bilan Proteomis (CEIA) : une approche globale de santé

Bilan CEIA-Une

Véritable analyse de biologie fonctionnelle, le bilan Proteomis fournit au praticien (médecin, naturopathe, etc.) une image dynamique et globale de l’état de santé de son patient. C’est le lien direct entre le profil sérique, le diagnostic complémentaire, le pronostic et la thérapeutique. Proteomis permet ainsi de proposer des orientations thérapeutiques adéquates et personnalisées.

Tout comme la génomique s’intéresse aux gènes et à leur expression, la protéomique consiste à étudier l’ensemble des protéines d’un organisme, d’un fluide biologique, d’un organe, d’une cellule ou même d’un compartiment cellulaire. Cet ensemble de protéines nommé « protéome », en référence au « génome », est une entité complexe et dynamique, dont le contenu se modifie en permanence en fonction des conditions intra ou extra cellulaires. De plus, par le biais de réarrangements qui modifient ses fonctions biologiques (épigénétisme), un même gène peut donner naissance à plusieurs protéines. Le protéome contient donc un nombre beaucoup plus important de protéines que le génome ne contient de gènes.

Comme l’illustre fort bien Jérôme Garin dans le dossier de l’INSERM consacré à cette nouvelle discipline scientifique  :

« la protéomique, c’est l’histoire de la chenille et du papillon. Ces deux organismes apparemment si différents ont exactement le même génome. Ce qui les distingue, ce sont les produits finaux d’expression de leurs gènes, c’est à dire leurs protéines. Cet exemple montre à quel point il est nécessaire, pour comprendre un organisme, de s’intéresser à ses protéines et pas seulement à son génome ».

Le développement de techniques analytiques sophistiquées , d’une part, et de méthodes de fractionnement destinées à faciliter l’identification des protéines , d’autre part, a permis de progresser dans la compréhension des mécanismes de régulation et d’interactions cellulaires , mais aussi dans l’identification de biomarqueurs spécifiques pour le diagnostic et le suivi de maladies comme le cancer de la vessie, de l’ovaire ou l’infarctus du myocarde . Cependant, tous les scientifiques travaillant sur le sujet s’accordent à reconnaître que la tâche est ardue, en raison de l’hétérogénéité des protéomes d’un individu à l’autre (aspect complexe) et du caractère variable dans le temps de la composition du protéome (aspect dynamique).

Un vaste projet international de protéomique, sur le modèle de celui qui existe en génomique, a été lancé en 2011. Piloté par l’Human Proteome Organisation (HUPO), une organisation internationale, il consiste à créer une base de données unique permettant de décrire les protéines correspondant aux 20 300 gènes codants chez l’homme.

La piste suivie par le Dr Eric Reymond et ses collègues à partir des années soixante-dix pour l’étude des protéines sériques est tout autre : elle repose sur la capacité qu’ont les protéines à floculer, puis à précipiter de manière différentielle, en fonction de leur structure (glycoprotéines, immunoglobulines, lipoprotéines), en présence d’un réactif donné. Cette méthodologie, basée sur la cinétique de floculation (ou de solvatation), s’inspire largement de tests empiriques mis au point entre les deux guerres pour l’évaluation de la fonction hépatique et des processus infectieux ou inflammatoires . Elle a surtout bénéficié des progrès technologiques en analytique et intégré pour l’étude du protéinogramme la focalisation isoélectrique (EIF), méthode de référence en électrophorèse bidimensionnelle.

La Figure 1 ci-dessous montre le lien qui peut exister entre le protéome décrit par la science moderne, grâce à la mise en œuvre de moyens techniques et humains considérables (temps, coût), et le profil de protéomique fonctionnelle du C.E.I.A. déjà ancien qui fait appel à des tests de laboratoire peu coûteux mais donnant une image très précise de l’état physiologique global du patient .

Figure 1_Filiation entre protéome et profil protéomique

C’est donc une vision systémique et dynamique du vivant au travers de l’interprétation du profil protéique qui est proposée, ouvrant la voie à une médecine individualisée et intégrative . Tout d’abord intuitive et empirique, la méthode du C.E.I.A. a permis d’établir, grâce au développement d’algorithmes d’interprétation performants, un lien direct entre le protéinogramme sérique, le diagnostic, le pronostic et la thérapeutique. Les fondements de la méthode du C.E.I.A., et surtout l’esprit de pionnier qui a animé toute cette aventure médicale, sont retracés dans l’ouvrage de référence rédigé par le Dr E. Reymond après 50 ans d’expérience et de pratique médicale . Les aspects techniques et l’interprétation des tests ont été détaillés dans le livre des docteurs S. Fisher, S. Herbosch et H. Sauer publié en 2007 pour les praticiens allemands et dont l’édition en français est maintenant disponible .

Le protéinogramme et les tests de floculation permettent de séparer quatre grands groupes de protéines, identifiées par un code couleur, représentant les grands systèmes de l’homéostasie du système colloïdal sérique :

Lipoprotéines neutres ou LP (pHi 7) en relation avec la réactivité du système nerveux à modulation neuro-végétative (paramètres identifiés en rouge sur le profil) ;

Glycoprotéines acides ou GP (pHi 3,5 à 6,5) en relation avec la réactivité de l’immunité cellulaire à modulation adrénergique (paramètres en vert sur le rendu du bilan) ;

Immunoglobulines basiques ou IG (pHi 7,5 à 9,5) en relation avec la réactivité IG endogène à modulation endocrinienne (en bleu sur la courbe du bilan) ;

Tests larges ou TL (pHi 3,5 à 9,5) en relation avec la réactivité IG exogène du système mucosal (MALT = Mucosa Associated Lymphoid Tissue) (paramètres en violet sur la courbe).

Par référence aux valeurs de normalité définies pour une population donnée (ajustées en fonction de l’âge et du sexe du patient), il est possible de construire un profil de réactivité pour l’ensemble des paramètres (53 au total) dont l’aspect en V détermine des prédispositions pathologiques, celles-ci étant de plus en plus marquées à mesure que l’on s’éloigne de la zone de normalité. Des exemples de courbes ont été regroupés à la fin de cette présentation pour montrer la diversité des profils.

Le Tableau 1 reprend succinctement les éléments clé qui caractérisent les quatre catégories de tests, suivant que les paramètres sont situés en dessous (-0,5) ou au-dessus (+0,5) de la zone de normalité.

 

Tableau 1_Schéma d'interprétation_Protéomis

Depuis bientôt 40 ans d’existence (plus de 2 millions de profils sériques réalisés constituant une vaste banque de données de protéomique fonctionnelle), la méthode du C.E.I.A a largement fait la preuve de son utilité dans le diagnostic et le suivi d’affections chroniques mal définies du point de vue nosographique, comme la fibromyalgie , le syndrome de fatigue chronique ou les affections dermatologiques courantes. Il s’avère également être un outil performant pour l’identification de facteurs de risque ou prédictifs de pathologies, qui étaient jusqu’à présent mal ou non identifiés par les analyses biologiques classiques. C’est le cas notamment du facteur HDL-C du bilan lipidique qui est considéré, avec juste raison, comme le « bon cholestérol » vis-à-vis des risques cardio-vasculaire, mais dont l’élévation pourrait traduire un dysfonctionnement au niveau du système nerveux. Un travail mené en cabinets de ville par le Dr S. Herbosch, en collaboration avec d’autres médecins prescripteurs et des laboratoires d’analyses médicales, a permis de mieux interpréter les paramètres lipidiques en fonction du sexe et de l’âge , mais surtout de montrer l’intérêt des paramètres LP dits « rouges » en relation avec l’index HDL/LDL comme marqueurs des troubles neuropsychiques (asthénie, agitation) chez la femme. L’exploration fine des perturbations du système immunitaire est une autre piste offerte par le bilan C.E.I.A., comme l’illustre une étude observationnelle présentée récemment à un congrès en Allemagne qui a comparé les paramètres du profil protéique à ceux du typage lymphocytaire sur une série de patients suivis pour des affections en rapport avec un dysfonctionnement immunitaire .

Les pathologies hormonales et maladies auto-immunes ont également fait l’objet de travaux de recherche clinique . L’analyse rétrospective d’une série de patients suivis en cabinet de ville présentant des profils « hyper-bleus purs » (augmentation spécifique des tests en rapport avec les immunoglobulines basiques) a permis d’établir que ces profils sont très souvent associés, chez la femme en période génitale (3 cas sur 4), à des pathologies auto-immunes (thyroïdites, SEP, psoriasis, polyarthrite rhumatoïde) et/ou à des problèmes gynécologiques (troubles du cycle, stérilité, bouffées de chaleur…). Cette étude suggère que ces profils « hyper-bleus purs » seraient dus à la rupture de la tolérance du soi en liaison avec une montée des taux d’œstrogènes.

En dehors de son intérêt comme outil d’orientation diagnostique, le bilan Proteomis fournit au praticien une aide à la décision thérapeutique, puisqu’en fonction du profil de la courbe du patient sont proposés différents traitements de médecine naturelle tels que phytothérapie, gemmothérapie, huiles essentielles, organothérapie, sels minéraux et oligo-éléments.

En complément de ces approches plus traditionnelles, le laboratoire du C.E.I.A. a développé des remèdes spécifiques, directement dérivés des tests de floculation appelés anti-fractions sériques précipitées, qui permettent de cibler certains paramètres particulièrement perturbés sur la courbe (le plus souvent en hyper).

Le bilan Proteomis s’intègre de fait dans la mouvance actuelle de la médecine 4P (Préventive – Prédictive – Personnalisée – Participative) qui répond à un besoin réel d’évolution de nos systèmes de santé. Comme le rappelaient récemment nos parlementaires dans un rapport sur les progrès de la génétique : «  L’enjeu majeur auquel les médecins et les scientifiques devront répondre portera sur la capacité de savoir quels gènes ou quels mécanismes biologiques prédisposent un patient à développer telle ou telle pathologie et sur la possibilité de transformer cette compréhension en stratégie de prévention ou de traitement. » . Sont résumées sur la les étapes clé de la prescription du bilan Proteomis.
process

Des observations sont également disponibles sur le site du C.E.I.A. www.ceia.com si vous souhaitez vous familiariser avec cette approche diagnostique et thérapeutique.

En guise de conclusion, voici un panel de courbes qui illustre parfaitement l’importance d’une prise en charge individualisée du patient.

Exemples courbes CEIA

Si vous souhaitez effectuer ce test prédictif, je vous invite à
demander un rendez-vous pour une consultation via ce formulaire.

Portez-vous bien !

 Florian KAPLAR
© Naturo-Passion.com

Références bibliographiques :

Garin J. Protéomique. http://www.inserm.fr/thematiques/bases-moleculaires-et-structurales-du-vivant/dossiers-d-information/proteomique

Jensen ON. Interpreting the protein language using proteomics. Nature Reviews Molecular Cell Biology, 1 June 2006 ; 7:391-403

Saha S, Halder S, Bhattacharya D, Banerjee D, Chakrabarti A. Fractional Precipitation of Plasma Proteome by Ammonium Sulphate: Cas Studies in Leukemia and Thalassemia. J Proteomics Bioinform. 2012;5: 163-71

Functional proteomics. Monti M, Orrù S, Pagnozzi D, Pucci P. Clin Chim Acta. 2005 Jul 24;357(2):140-50

Dick A. The cephalin-cholesterol flocculation reaction as a test of hepatic function. Br Med J. 1945 Feb 10;1(4388):182-5

MacLagan NF. Flocculation tests: chemical and clinical significance. Br Med J. 1948 Nov 20;2(4585):892-6

Bézot JF. Quels examens biologiques demander en Médecine Anti-Âge ? La protéomique en question. Journal de Médecine Esthétique et de Chirurgie Dermatologique, mars 2015 ; 165 :31-44

Bézot JF. Médecine personnalisée : protéomique et au-delà. Pro-Aging Europe Congress, 20-23/03/2014, Bruxelles

Reymond E. La Méthode du C.E.I.A. ou l’Analyse du Vivant, éditions Satas, 1999, ISBN 2-87293-048-5, 516 pp

Fischer S, Herbosch S, Sauer H. Funktionenne Proteomik – Krankheitsursachen frühzeitig erkennen und gezielt behandeln, Elsevier, 2007, ISBN: 978-3-437-57920-2, 101 pp

Herbosch S. Fibromyalgie : apport du bilan de protéomique fonctionnelle du C.E.I.A. dans la fibromyalgie. Documentation interne du C.E.I.A.

Herbosch S. Dermatologie: apport du bilan de protéomique fonctionnelle du C.E.I.A. en pathologie dermatologique courante (prurit, eczéma, urticaire, psoriasis,…). Documentation interne du C.E.I.A.

Herbosch S. Le paradoxe apparent des valeurs lipidiques différentes en biologie classique et dans le bilan C.E.I.A., FDNR 5-10-2002, Bruxelles

Herbosch S. HDL-C : le bon cholestérol : mauvais pour le système nerveux ? Traduction française de l’article « HDL-C : Das gute Cholesterin schlecht für die Nerven ? », EHK 2012;61:140-8

Herbosch S. Unterschiede und Gemeinsamkeiten einer zellulären and humoralen Diagnostik. Lymphozytentypisierung versus funktionnelles Eiweißprofil. Komplementäre Therapie und Diagnostik. Die Naturheilkunde, 2015;1:33-7

Tajar A, Reymond A. Endocrinologie et bilan C.E.I.A., essai de mise en évidence de relations entre certaines variables d’endocrinologie et le bilan de protéomique fonctionnelle du C.E.I.A., FDNR 2-10-2004, Bruxelles

Reymond PO. Profils protéomiques « hyper-bleus » et aspects auto-immuns hormono-dépendants, Congrès du 40ème anniversaire du C.E.I.A., 28-05-2011, Lyon

Extraits de la conclusion du rapport « Les progrès de la génétique : vers une médecine de précision ? Les enjeux scientifiques, technologiques, sociaux et éthiques de la médecine personnalisée » présenté par MM. Alain Claeys et Jean Sébastien Vialatte, députés, au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques – Janvier 2014

 

3 comments

  1. C. Latulippe dit :

    Bonjour,

    Le site http://www.ceia.com ne peut etre ouvert – Je connais le test et serais
    interessee a avoir de l’information et a faire refaire un test.
    Besoin d’aide. Je demeure a Ottawa, Ontario, Canada. Aussi besoin d’une
    liste de contact pour Ottawa, Ontario. Merci.

  2. C. Latulippe dit :

    J’ai un naturopathe. Ce que je voudrais c’est de la documentation
    en anglais et aussi avoir un contact ici a Ottawa, Ontario, Canada,
    pour faire faire le test.

    Merci.

  3. Mols (Elbo) Marie-Claire dit :

    Bonjour,
    En1999, mon mari et moi avons eu le plaisir de… donner des cours de danse à Monsieur et Madame Reymond (avenue de la Couronne).
    Le Dr Sus Herbosch nous fit faire les bilans nécessaires et maintenant, j’aimerais beaucoup consulter l’un(e) de vos spécialiste, pour une difficile question de fatigue chronique due à un sommeil très déficient.

    J’habite Boitsfort et souhaite convenir d’un rendez-vous dans des délais aussi courts que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à la Newsletter
Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières publications et suivre notre actualité