La substance la plus complexe
L’eau est un élément qui présente de multiples facettes : bio-physico-chimiques bien sûr mais aussi politiques, économiques, mythologiques, psychanalytiques, poétique. L’information disponible sur cet élément vital est particulièrement disséminée. Difficile de faire le tri et la part des choses entre ce qui est à peu près certain et ce qui relève du pur fantasme ou de l’escroquerie intellectuelle. Où se trouve la limite entre science et religion lorsque l’on parle de l’eau.

Rencontre avec Yann Olivaux, auteur d’un ouvrage parmi les plus exhaustifs sur l’eau : la Nature de l’Eau.

Yann Olivaux1/ Bonjour Yann Olivaux, pouvez nous dire qui vous êtes et ce que vous faites ?

Je me définis souvent comme un « hydrosophe ». Je suis biophysicien de formation, titulaire d’un diplôme interuniversitaire de Résonance magnétique nucléaire (RMN) appliquée à la biologie et la médecine. Mon activité essentielle est consacrée à l’eau en tant qu’auteur (livre « La nature de l’eau » et articles sur mon blog éponyme), conférencier, animateur, consultant en « qualité de l’eau » et chercheur indépendant.

2/ L’eau, c’est bien plus qu’un assemblage de deux molécules d’hydrogène et une molécule d’oxygène, qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à l’eau sous ses aspects les moins conventionnels ?

C’est un cheminement personnel entamé il y a environ 30 ans par le déclic intérieur produit par le démarrage du sulfureux dossier sur « la mémoire de l’eau » (revue « Nature » en juin 1988). J’ai pu constater expérimentalement que l’eau, ce liquide d’usage si banal, possédait bien des propriétés hors du commun encore mal comprises et renseignées. Celles-ci sont différentes selon les traitements effectués sur l’eau (eaux purifiées ou non et/ou eaux modifiées par dynamisations). Ainsi, un champ expérimental gigantesque s’ouvre aux chercheurs mais peu d’entre eux en sont conscients…

3/ Vous avez écrit un livre-pavé sur l’eau. Pouvez-vous nous en parler ?

nature-de-l-eauCe livre « La nature de l’eau » (plus de 700 pages) est paru en octobre 2007. Son objectif essentiel était de parler et de réunir ce que j’appelle « les mondes de l’eau » qui recouvrent les multiples disciplines et regards que nous portons sur l’eau : scientifique, artistique, économique, écologique, géopolitique, symbolique, sanitaire…L’eau est un sujet éminemment transversal et fascinant!

Il s’agissait également de tenter de répondre aux très nombreuses questions que soulèvent cette substance complexe et de recenser et d’analyser les systèmes de « dynamisation » de l’eau générateurs d’eaux modifiés.

4/ Hormis vous, le Pr Luc Montagnier ou le Pr Marc Henry, peu de chercheurs ou d’universitaires travaillent sur l’eau. Le Pr Jacques Benveniste a même payé très cher d’avoir osé « secouer » la communauté scientifique avec un concept aussi contesté que celui la « mémoire de l’eau ». Que recèle donc l’eau qui déclenche autant de controverses ? Etudier l’eau hors des sentiers battus porte-t-il malheur ?

Pour une grande majorité de chercheurs, le « plafond de verre mental » est conceptuel, c’est-à-dire qu’ils ne comprennent pas (voire rejettent violemment le fait) qu’une substance diluée dans de l’eau puisse être encore active (y compris en homéopathie vétérinaire ou sur des cultures cellulaires) au-delà de 12 CH en homéopathie. Cela tient au fait que vraisemblablement l’information véhiculée par l’eau se fait par le vide au sein de la matière (99,999…%) et non par l’intermédiaire de cette dernière.

(Lire : http://lanaturedeleau.blogspot.fr/2013/09/eau-et-information-1.html et http://lanaturedeleau.blogspot.fr/2014/07/documentaire-on-retrouve-la memoire-de.html).

Effectuer des recherches pluridisciplinaires sur les propriétés de l’eau « non conventionnelles » est toujours aussi difficile sinon impossible en France, plus de 10 ans après le décès de Jacques Benveniste. Dans l’histoire des sciences, tout changement de paradigme s’accompagne dans un premier temps et le plus souvent d’un violent rejet de la communauté scientifique. Beaucoup de chercheurs rejettent des faits ou des constants patents dès lors qu’ils ne peuvent en expliquer les mécanismes ; cette logique est en réalité de nature « ascientifique ».

5/ Avec l’eau, on est souvent à la lisière de la science et de l’ésotérisme. L’eau a-t-elle selon vous encore des mystères à nous dévoiler ? Lesquels par exemple ?

L’eau demeure une substance très méconnue quant à sa structure et ses propriétés pour le moins singulières.

Prenons un seul exemple ; la glace flotte sur l’eau, ce qui veut simplement dire que sa densité est moindre à l’état solide qu’à l’état liquide. Comparativement à la plupart des autres substances, ce constat est une « anomalie » physicochimique. Parmi les rôles non académiques et donc très débattus de l’eau, figure celui de vecteur d’information. On devrait investiguer davantage cette question « biologique » en apparence triviale ; pourquoi une si petite molécule est-elle si abondante dans le vivant ?

En effet, nous sommes des êtres essentiellement hydriques puisque constitués de plus de 99% de molécules d’eau !

6/ L’eau est rarement prise en compte comme critère de santé. Pourtant nous sommes composés très majoritairement d’eau. On dit souvent que nous sommes ce que nous mangeons, mais ne sommes-nous pas aussi ce que nous buvons ? Quels sont vos recommandations en matière d’eau de boisson quotidienne ?

Cette question est ardue car elle présente de multiples facettes en raison essentiellement du fait que nous sommes en présence d’Aqua complex et que les marchés de l’eau représentent des enjeux économiques importants.

Pour simplifier, je recommande de filtrer l’eau du robinet de ses nombreux polluants par des techniques validées (osmose inverse ou charbon actif compressé) et de la restructurer par des moyens simples ou des systèmes de dynamisation.

Le plus important est de ne pas « essentialiser » le choix d’eaux de boisson comme il est hélas trop souvent écrit ; c’est à chacun de trouver l’eau qui lui convient à un moment donné !

7/ Vous animez sous différentes thématiques des conférences et des ateliers autour de l’eau. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’atelier Aqua Complex qui aura lieu à Paris le samedi 27 juin ?

Accessible à tous, cet atelier inédit en France vous propose de comprendre de manière simple, les propriétés singulières de l’eau, d’en saisir sa nature intime et sa dynamique à l’aide d’expériences simples et ludiques. En d’autres termes, les participants sont conviés à découvrir les caractéristiques insolites de l’eau par l’expérience (appuyée par des explications didactiques) avec…un regard d’enfant !

8/ Si vous deviez nous donner un mot ou une citation célèbre sur l’eau…

Je prendrai la citation de Pierre Hervé Bazin (écrivain et poète français, 1911-1996) :

« La vie est une poignée d’eau dont il ne reste que l’amour »

*

*          *

Il reste encore quelques places pour les deux ateliers sur l’eau programmés le samedi 27 juin à Paris (7ème arrondissement), à 9h ou 14h30. Pour connaître le programme et vous inscrire, cliquez sur l’image ci-dessous.

Encart Atelier Eau

Et pour vous donner un avant-goût des expériences qui seront présentées, voici une vidéo qui va vous livrer le « secret » de la transformation de l’eau en vin !

 

*

*          *

Pour aller plus loin, achetez le livre « La nature de l’eau », aux éditions Résurgence. Commandez le chez votre libraire habituel ou ici :

Portez-vous bien !
 Florian KAPLAR
© Naturo-Passion

Portez-vous bien !