Les plantes pour bien passer l'hiver - Naturo-Passion.com

Les plantes pour bien passer l’hiver

Plantes_hiver_Naturo-PassionL’hiver touche bientôt à sa fin et il aura été plutôt clément cette année, ce qui n’aura pas empêché nombre d’entre nous d’être frappés de rhinopharyngite, bronchite, etc.

La phytoaromathérapie est une précieuse alliée pour passer l’hiver sans encombre. Le soin par les plantes semble susciter un regain d’intérêt, souvent par souhait de trouver des alternatives aux molécules de synthèse, comme le paracétamol ou l’ibuprofène, auxquelles nous avons été trop facilement habitués, et qui ne sont pas sans risque.

De par leurs principes actifs (flavonoïdes, anthocyanosides, tanins, phénols, etc.) les plantes que je vais vous présenter dans cet article vous aideront à soigner les petits maux de l’hiver (durant toute l’année !), efficacement et sans aucun effet secondaire.

A titre préventif

Il peut être utile pour les plus fragiles de booster leur système immunitaire avec des décoctions de racines  d’échinacée (echinacea angustifolia, famille des Astéracées) ou d’éleuthérocoque (eleutherococcus senticosus, famille des Araliacées), qui est une plante adaptogène, c’est-à-dire qu’elle agit sur l’organisme en optimisant sa capacité d’adaptation face au stress. La décoction se fait en faisant bouillir 5 minutes une tasse d’eau (20 cl) avec une cuiller à café de racines séchées. Laisser infuser quelques minutes et prendre 2 à 3 tasses par jour.

Les baies de sureau noir (samucus nigra) sont excellentes pour prévenir les infections virales. Elles peuvent être consommées fraîches (20 à 30 g de jus par jour) ou séchées en infusion.

En cas d’état grippal

Vous pouvez prendre de l’échinacée (cf. ci-dessus) pour renforcer vos défenses naturelles (pas plus de huit semaines) et je conseille de se mettre au jeûne pour accélérer le processus de guérison (pendant 2 ou 3 jours, ne pas absorber d’aliment solide).

Si vous avez de la fièvre et/ou des courbatures, prenez 2 à 3 fois par jour une infusion d’une cuiller à café de sommités fleuries de reine des prés (Filipendulia ulmaria) qui a les propriétés de l’aspirine sans en présenter les inconvénients (contre indication : personnes allergiques à l’aspirine).

La prise de vitamine C à haute dose telle que la préconisait le double prix Nobel Linus Pauling (c’est-à-dire largement au-delà la dose journalière recommandée qui est fixée à 110 mg/j pour un adulte) est également à envisager. Personnellement, je prends 1 à 2 comprimés de vitamine C pure à 1000 mg, en entretien courant, et plus en cas d’infection. Consommez les fruits qui en contiennent le plus (camu camu, acérola, cynorhodon, argousier, cassis, citron, etc.), ou supplémentez-vous, avec de la vitamine C naturelle ou de synthèse. Dans un cas comme dans l’autre il s’agit d’acide L-ascorbique dextrogyre, qui s’assimile de la même façon dans l’organisme.

NB : Bannissez tous les produits vendus comme étant de l’acide L-ascorbique « lévogyre » prétendument mieux assimilable.

Contre la toux (sèche ou grasse)

Les plantes à conseiller sont dites « pectorales » et sont au nombre de sept : le bouillon blanc (Verbascum thapsus,  famille des Scrofulariacées), le coquelicot (Papaver rhoeas, famille des Papavéracées), la guimauve (Althaea officinalis, famille des Malvacées), la mauve (Malva sylvestris, famille des Malvacées), le pied de chat (Gnaphalium dioicum, famille des Astéracées), le tussilage (Tussilago farfara, famille des Astéracées) et la violette odorante (Viola odorata, famille des Violacées).

Vous pouvez tester ce mélange de quatre d’entre elles :

  • 30 g de fleurs de bouillon blanc,
  • 60 g de pétales de coquelicot,
  • 30 g de fleurs ou feuilles de mauve,
  • 30 g de fleurs de violette odorante.

Faire infuser pendant 10 minutes 15 g de ce mélange dans un litre d’eau, filtrer (à cause des petits poils du bouillon blanc), répartir en quatre prises dans la journée.

Pour la toux grasse plus particulèrement, on peut proposer  le bourgeon de pin sylvestre (Pinus sylvestris, famille des Pinacées) ou la feuille de lierre commun ou grimpant (Hedera helix , famille des Araliacées) à prendre en décoction (1 cuiller à soupe de bourgeons par tasse, faire bouillir 3 minutes, laisser infuser quelques minutes, 2-3 tasses réparties dans la journée).

Pour la gorge

Faire une décoction d’érysimum (Erysimum ou Sisymbrium officinale, famille des Brassicacées) en faisant bouillir une cuiller à soupe de fleurs séchées par tasse d’eau, 2 à 3 tasses par jour.

Pour le nez

Rien de tel qu’une inhalation de feuilles d’eucalyptus globuleux (Eucalyptus globulus, famille des Myrtacées). 5 feuilles entières ou 10 gouttes d’huile essentielle dans 1 litre d’eau bouillante (respirer les vapeurs en recouvrant la tête d’un linge).

Et du côté des huiles essentielles ?

Angine : prenez une goutte d’un mélange d’origan compact (Origanum compactum), de tea tree, et de menthe poivrée (Mentha x piperita) 4 fois par jour pendant 5 jours dans une cuiller à café d’huile d’olive.

Etat grippal : 2 gouttes d’un mélange de ravintasara (Cinnamomum camphora CT cinéole), niaouli (Melaleuca quinquenervia CT cinéole), eucalyptus radié (Eucalyptus radiata), 4 fois par jour en massage sur le thorax pendant 3 jours

Rhinite : 2 gouttes d’un mélange de menthe poivrée (Mentha x piperita), géranium rosat (Pelargonium x asperum cv Egypte) 6 fois par jour, par inhalation sur un mouchoir.

Gorge : 2 à 3 gouttes pures d’huile essentielle de thym à thujanol (Thymus vulgaris CT thujanol) ou de mandravasarotra (Cinnamosma fragans) ou de ravintasara (Cinnamomum camphora CT cinéole) à appliquer directement sur la gorge et le long des ganglions, 2 fois par jour jusqu’à disparition des ganglions

Pensez également à mettre dans votre alimentation quotidienne de l’ail (Allium sativum), pour ses propriétés bactéricides et antifongiques, de même que l’oignon (Allium cepa), ainsi que du poivre (Piper nigrum)pour ses propriétés expectorantes et mucolytique.

Et s’il ne fallait retenir qu’une seule plante parmi toutes…

Je choisirais sans hésiter le thym (Thymus vulgaris) qui est la plante de prédilection pour soigner le rhume de cerveau (coryza). A la maison, on l’utilise en tisane, y compris pour les enfants, dès les premiers effets de  refroidissement.

Il va sans dire que s’agissant des affections hivernales, il existe bien d’autres plantes encore que j’aurais pu vous décrire comme le polygala de Virginie, l’hysope, le serpolet, le cyprès, la primevère, le grindélia, la marrube blanc, etc.

*

*          *

La phytoaromathérapie, c’est pas sorcier, à condition d’y avoir recours sciemment et avec prudence, en respectant scrupuleusement les conditions d’emploi et les contre indications (notamment les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes).

Si ce n’est pas déjà le cas, vous pourriez en profiter pour vous créer une petite herboristerie familiale. Parlez en à votre pharmacien si celui-ci  est sensibilisé à la phytothérapie ou rendez-vous dans votre magasin bio où vous trouverez souvent un rayon phyto avec un vendeur habilité à vous prodiguer les bons conseils d’usage. Vous pouvez aussi commander vos plantes et huiles essentielles par correspondance.

N’oubliez pas cependant que l’usage des plantes s’inscrit dans une approche globale de la santé et qu’il sera vain de vouloir se maintenir en santé ou de la recouvrer sans s’astreindre à un minimum d’hygiène de vie (alimentation saine et principalement végétale, activité physique, peu d’alcool, pas de tabac, etc.).

Il est certain que le lierre terrestre ou l’eucalyptus seront d’une aide précieuse pour les fumeurs en cas de bronchite chronique dont ils souffrent régulièrement, mais le mieux serait sans aucun doute qu’ils abandonnent le tabac… en se faisant aider par exemple par des plantes comme la réglisse !

N’hésitez pas à commenter cet article et partager avec nous quelles sont les plantes qui ont vos faveurs pour bien passer l’hiver (et les autres saisons !).

Portez-vous bien !

 Florian KAPLAR
© Naturopathie Passion

2 comments

  1. lemonnier dit :

    bonjour,
    quelles sont les plantes qui sont autorisées chez les femmes enceintes et allaitantes , ainsi que les jeunes enfants moins de 3 ans VOIRE PLUS ;

    SINCERES SALUTATIONS

  2. Thierry Phyto dit :

    Les fleurs de sureau c’est ce qui marche le mieux je pense (par ex http://www.ormenis.com/plantes-s/1443-sureau-fleur-bio.html)à raison de 3 à 4 tasses par jour (1 cuillère à soupe pour 1 bol, infuser 10 minutes, ou 4 cuillères à soupe pour 1 litre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à la Newsletter
Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières publications et suivre notre actualité