La L-carnitine, un composé de la viande rouge, responsable de l’athérosclérose

Viande rouge Naturo-PassionLa viande rouge est depuis longtemps associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire en raison de sa forte teneur en graisses saturées et en cholestérol, sachant que d’autres facteurs peuvent également entrer en ligne de compte comme les facteurs génétiques, l’ajout de sel ou la cuisson.
Cette fois, des chercheurs américains ont mis en évidence le rôle direct de la L-carnitine, abondante dans la viande rouge, et ajoutée dans certaines boissons énergisantes, dans l’athérosclérose (obstruction des artères) elle-même responsable de maladies cardiovasculaires ou d’accidents cardiaques, voire de décès.
Les conclusions publiées dans la revue Nature Medicine [1] proposent une nouvelle compréhension des bienfaits d’un régime végétarien pour la santé cardiovasculaire.

Le rôle de L-carnitine dans le métabolisme humain

La L-carnitine est un acide aminé qui métabolise les aliments en énergie. Elle est synthétisée dans le corps par la lysine et la méthionine en présence de vitamine C, de fer, de vitamine B6, de vitamine B3 (niacine) et d’enzymes.
Elle agit à l’intérieur des cellules en transportant les longues chaînes d’acides gras vers les mitochondries afin qu’elles soient transformées en énergie. Elle est ainsi essentielle au bon fonctionnement des muscles, y compris du coeur, et c’est pour cette raison qu’on trouve ce composant dans des compléments alimentaires utilisés par les sportifs pour améliorer leur endurance.

La transformation de la L-carnitine en oxyde de triméthylamine (TMAO)

L’étude en question a montré que les bactéries du tube digestif transforment la L-carnitine (tout comme la choline que l’ont trouve dans les oeufs) en un composé intermédiaire, le triméthylamine (TMA), qui produit après oxydation dans le foie le TMAO qui en se libérant dans le sang induit l’athérosclérose.

Une découverte stupéfiante : la flore intestinale des végétariens et végétaliens est différente de celle des omnivores

L’étude a porté sur 2.595 patients, omnivores, végétariens ou végétaliens. Les chercheurs ont constaté que les niveaux plasmatiques de TMAO étaient significativement plus faibles chez les végétariens et végétaliens (depuis au moins un an) que chez les omnivores. Mais ce qui est le plus surprenant, c’est que même lorsque ces végétariens et végétaliens ont consommé une grande quantité de L-carnitine, ils n’ont pas produit les bactéries métabolisant la L-carnitine en TMAO ! D’où la conclusion que le microbiote intestinal des omnivores serait responsable de la conversion de la L-carnitine en TMAO.

Le rôle de L-carnitine directement incriminé

La L-carnitine apparaît donc comme étant directement responsable de la maladie cardiovasculaire ou l’événement cardiaque sévère (crise cardiaque, AVC, décès) chez les personnes présentant des taux élevés de TMAO.
On trouve la L-carnitine en abondance dans les viandes rouges, le boeuf, le gibier, l’agneau, le mouton, le canard et le porc. Elle se trouve également dans des compléments alimentaires et les boissons énergisantes sachant que la L-carnitine alimentaire est absorbée à 75% alors que celle des compléments est absorbée de 5 à 18% [2].

Le rythme cardiaque
Les recommandations actuelles pour ceux qui mangent de la viande rouge sont de deux portions par semaine.

Concernant les compléments alimentaires à base de L-carnitine (interdits au Canada) [2], d’autres recherches devront être menées afin d’examiner la sécurité de la supplémentation en L-carnitine.

Sources :
[1] Nature Medicine 07 April 2013 http://www.nature.com/nm/journal/vaop/ncurrent/full/nm.3145.html
[2] http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=carnitine_ps

8 pensées sur “La L-carnitine, un composé de la viande rouge, responsable de l’athérosclérose

  • avril 12, 2013 à 10:20
    Permalink

    très intéressant : merci Florian ! de la part d’un non végétarien ! 🙂 Christophe

    Répondre
  • avril 14, 2013 à 11:09
    Permalink

    Bonjour Monsieur. Je viens de tomber par hasard sur cet article. Je constate qu’il s’agit d’un plagiat du site : http://www.carevox.fr/nutrition-regimes/article/la-l-carnitine-un-compose-de-la
    A ce titre je vous signale que vous risquez d’être poursuivi pour violation des droits de la propriété intellectuelle.
    Par ailleurs cet article est trompeur et mensonger comme je l’explique ici : http://www.julienvenesson.fr/la-carnitine-est-elle-dangereuse-pour-le-coeur/
    Bien cordialement

    Répondre
    • avril 14, 2013 à 2:15
      Permalink

      Monsieur Venesson, je crois qu’il vous faut une paire de lunettes car si vous regardez l’auteur de l’article en question sur Carevox vous comprendrez que votre accusation fort peu aimable de plagiat est ridicule puisque je suis l’auteur !
      Carvox a décidé de publier cet article sans m’en avoir avisé dès lors que celui sur le soja précédemment publié (cliquez ici) a suscité beaucoup d’intérêt et de réactions de la part des lecteurs de mon blog.
      En revanche, je veux bien discuter des conclusions des chercheurs de l’étude publiée qui selon vous sont trompeuses et mensongères…

      Répondre
      • avril 14, 2013 à 3:06
        Permalink

        Ah, toutes mes excuses je n’avais pas pris le temps de regarder le nom de l’auteur.
        Pour l’article trompeur et mensonger oui c’est le cas comme je l’explique dans mon article. Vous avez déformé ce que disaient les chercheurs eux-mêmes de leur propre étude.
        Cela ne me pose pas de problème mais cela a entraîné une inquiétude injustifiée de nombreux utilisateurs de compléments alimentaires de carnitine et c’est bien dommage quand on sait déjà les difficultés que la France a à reconnaître les médecines naturelles et thérapies alternatives.

        Répondre
  • avril 17, 2013 à 11:58
    Permalink

    Bonjour Florian ,
    Je suis d’accord avec Julien Venesson. et avec son article sur les effet bénéfiques de la carnitine. Par contre Julien V se méprend quand il croit que les chercheurs qui ont fait un lien entre carnitine et TMAO et risque d’athérosclérose sont très prudents sur les résultats qu’ils ont obtenu. C’est tout le contraire ! Il suffit de lire la transcription de l’interview de HAZEN sur ce sujet :
    http://thedianerehmshow.org/shows/2013-04-09/new-research-red-meat-and-heart-disease/transcript
    HAZEN : « Well, what we found is that carnitine ingestion leads to accelerated atherosclerosis or hardening of the arteries, and this was found both in an animal model, and then we also saw in humans that increased carnitine levels in the blood tracked with increased risks for heart attack, stroke and death. »
    Une prise de position tout en nuance !
    On trouve ci-dessous une présentation de la nouvelle étude favorable à la carnitine dont Julien V souligne à juste titre l’importance :
    L-Carnitine Significantly Improves Patient Outcomes Following Heart Attack, Study Suggests
    http://www.sciencedaily.com/releases/2013/04/130412132321.htm
    Cela montre que au vu des données disponibles la L-carnitine est bonne pour le cœur.
    Il faut toutefois distinguer l’étude initiale qui associe le TMAO avec le risque d’athérosclérose et la nouvelle étude qui présente la L-carnitine comme un cardiotonique, ce qui n’est pas surprenant vu ses caractéristiques. Les deux effets sont de nature différente et ne sont pas a priori totalement incompatibles, sauf que…
    …le fait même que le TMAO induise un risque plus élevé d’athérosclérose est à mon avis beaucoup plus douteux que ce que l’on croit. Chris Masterjohn de la Weston A Price Foundation a effectué une analyse vraiment très approfondie de l’étude :
    http://www.westonaprice.org/blogs/cmasterjohn/2013/04/10/does-carnitine-from-red-meat-contribute-to-heart-disease-through-intestinal-bacterial-metabolism-to-tmao/
    Franchement cet article est une mine d’or et en le lisant on a l’impression que l’étude sur la carnitine et le danger de la TMAO se désintègre sous nos yeux.
    On s’aperçoit que l’étude de HAZEN pose d’innombrables problèmes de méthodologie et que tout y est sujet à caution. Tout est à prendre avec des pincettes : les apports en TMAO suivant les types d’alimentation, les spécificités de la flore des végétariens versus celle des « carnivores » comme explication de la génération du TMAO, l’étude sur la souris qui est génétiquement modifiée et à laquelle on donne des quantités astronomique de carnitine, l’étude humaine bourrées de facteurs confondants, etc.
    Bref, comme je l’ai suspecté dès le début, cette étude sent l’œuf pourri… Une fine allusion aux exploits précédents des mêmes chercheurs sur les dangers de la choline (qu’on trouve dans le jaune d’oeuf) un nutriment hyper important et très sur, tout comme la carnitine.
    cordialement
    Jacques VALENTIN
    http://gestionsante.free.fr/

    Répondre
  • avril 17, 2013 à 2:23
    Permalink

    Merci à tous pour vos contributions de qualité qui montrent bien que le débat n’est pas clos.
    Quelques questions que je me pose :
    – la L-carnitine de la viande est-elle la même que celle des compléments alimentaires ?
    – pourquoi le Canada a t-il interdit les compléments à base de L-carnitine ?
    – la présence de L-carnitine dans les boissons énergétiques est-elle vraiment sans danger ?
    Concernant l’analyse de la Weston A. Price Foundation, aussi brillante soit-elle, elle sera toujours pour moi sujette à caution vu que cette fondation est un lobby qui encourage la consommation de viande et de lait de vache. Par exemple, ils critiquent le soja pour sa teneur élevée en isaflavones (qu’ils assimilent à tort à des hormones) alors que le lait de vache contient lui de vraies hormones (oestrogènes et insuline) et des facteurs de croissance IGF1. Le lait de vache est accusé de favoriser le diabète de type 1 et d’augmenter la perméabilité intestinale, cf. étude du Dr Outi Vaarala parue sur lanutrition.fr.
    Ce type d’« erreur » suffit à entourer de la circonspection nécessaire les allégations de la WAPF.
    Même si ce n’est pas en lien direct avec le sujet, il peut être intéressant de rappeler qu’un des membres fondateurs de la WAPF et membre de son conseil d’administration, Stéphen Byrnes, a écrit un article « Mythes du végétarisme » bourré de contrevérités et de non sens scientifiques. S. Byrnes y critiquait violemment le végétarisme en soulignant qu’il jouissait d’une très bonne santé tout en consommant du beurre, de la crème, des oeufs et de la viande. Et quelques années plus tard, S. Byrnes est mort d’un problème cardiaque et il n’avait même pas 40 ans !
    Je pense, et c’est un végétarien qui vous le dis, que la consommation modérée de viande de bonne qualité ne constitue pas un danger en soi pour celui qui en ingère (mais en disant ça je fais l’impasse sur les problèmes liés à l’environnement et à la matraitance des animaux réduits à de vulgaires objets).
    Ceci étant dit, je souhaite que ce blog devienne un lieu d’échanges où pourront se confronter diverses opinions, où les végétariens pourront s’exprimer sans être tournés en ridicule par certains omnivores et où les omnivores ne seront pas culpabilisés par certains végétariens.

    Répondre
  • avril 18, 2013 à 9:33
    Permalink

    Bonjour,
    Par mesure de précaution et pour bien faire il ne faudrait donc pas non plus consommer n’importe quel complément alimentaire en contenant, même si son absorption est moindre que celle de la L-Carnitine contenue dans les aliments. Dans ce domaine on fait aussi actuellement un peu n’importe quoi. Peut-être existe-t-il un moyen de dosage sanguin de la L-Carnitine ce qui permettrai un apport « juste » si nécessaire.
    Actuellement nous consommons trop de compléments alimentaires sans aucun contrôle s’ils sont nécessaires ou non.
    Richard.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *